UN ALBUM


 © Dorothée Thébert

UN ALBUM
un spectacle de Laetitia Dosch avec la collaboration de Yuval Rozman 

création en juin 2015 au Théâtre Arsenic, Lausanne (Suisse) 

Note d'intention 2013 :

J’aimerais que Zouc puisse encore créer de nos jours, qu’elle puisse croquer notre époque.
Avec la même scénographie, la même tenue, le même accessoire, sa chaise.

J’aimerais qu’elle continue à utiliser le quatrième mur, à ne jamais parler en son nom et disparaître derrière ses personnages, nous laissant seuls à la regarder, à juger de ce qui est drôle ou pas.


Nous regarderions cette petite fille seule, amusée et inquiète, s’approprier les autres, passer d’une cheftaine à une schizophrène à un gynécologue, comme pour essayer de comprendre, en traversant d’autres corps, l’essence de cette époque fragile, cocasse, sombre et solitaire.


De tout les humoristes, c’est elle qui serait le plus à même d’en rendre l’étrangeté et la diversité.
Mais voilà, Zouc est à la retraite, son dispositif  scénique et sa méthode sont bien là.
Je voudrais les utiliser comme un remède.
Je voudrais devenir Zouc. Faire un Alboum 2015.
Adopter sa façon de travailler : rencontrer des gens, d’horizons sociaux différents, en faire des modèles à copier, des modèles qui parlent d’eux mais qui parlent aussi de moi, comme c’était toujours le cas pour elle.
Être Zouc c’est d’abord un processus de voyage dans le monde de l’humain qui demande de s’ouvrir à des milieux, des âges, des sexes, des conditions de vies différentes.
Et de les considérer comme des sortes de frères. Car pour interpréter comme Zouc, il ne suffit pas d’imiter, de mimer. Il faut s’approprier l’autre totalement, sentir son essence profonde y trouver quelque chose de soi.
Etre Zouc c’est un voyage humaniste, un voyage qui parle de désespoir, de mesquinerie, de pulsions de vie, de tics sociaux, de cruauté, qui regarde la noirceur de près en la transformant en quelque chose de risible et de tendre.
J’aimerais avoir ce regard là sur mon époque.
Faire comme si Zouc était dans ma vie, à ma place, et qu’elle faisait Un Album à partir de celle-ci.  


Laetitia Dosch
Décembre 2013


Un Album, un spectacle hanté (mais gai).


Je commence souvent mon travail de création en cherchant une structure modèle dans laquelle je pense me reconnaître, ensuite je la copie, puis l’explose pour m’y trouver.
Je relis cette note datant du tout début de projet, et, mon album étant maintenant fait, je me rends compte que la chose qui m’intéresse peut-être le moins chez Zouc, c‘est qu’elle est humoriste.
C’est la forme libre que ses spectacles pouvaient avoir, que j’ai avant tout essayé de reproduire :
un documentaire avec mon corps, une sorte de partition chorégraphique et vocale de l’intime, ou de chant de l’époque.


Car c‘est bien de notre époque dont j’essaye de parler à travers ce que vivent et traversent les 80 personnages de cet Album.


Je pense que la crise économique (et sociale?) que nous traversons déteint concrètement sur nous. Je crois par exemple qu’un homme qui subit beaucoup de pressions dans son travail entretiendra un rapport différent au quotidien avec les gens qu’il croise dans la rue, sa femme, ses enfants.
En résidence et en tournée dans toute la France durant plus d’une saison, nous avons construit ce spectacle sur mes observations. Il s‘agissait de relever autour de moi les traces, les gestes, les rapports humains où transparaissaient un certain malaise, et de les faire dialoguer ensemble, se coupant, se répondant, se contredisant. D’appliquer à la dramaturgie d'un spectacle le principe d’association libre utilisé en psychanalyse pour traduire cette inquiétude globale latente.
La scénographie que nous avons imaginé est comme la traduction du souvenir de ces rencontres et de ces observations, peuplée de traces, de fantômes aux ombres encore visibles.


Dans Un Album des personnages meurent, se quittent, dansent, éduquent leurs enfants.
Certains se grattent la tête ou rient quand ils ont peur.
Certaines situations sont drolatiques, d’autres dramatiques, et je tente d’incarner chaque personnage, chaque situation avec distance. C’est le processus de création que Zouc a inventé qui permet ceci. C’est ce qui permet d’être drôle, cruel, sensible, décalé; de partir à la recherche d’un rire ambigu, teinté d’affection, ou de peur, ou de dégout parfois, qui vous pince le cœur.


Laetitia Dosch

Octobre 2015  


Un Album, troisième partie d’une trilogie sur l’entertainer


Après Laetitia fait péter… créé avec Anne Stefens et Jeff Koons à Versailles, Un Album termine la trilogie de solos, qui cherchent à mettre en avant les ressorts de communication entre le regardé et le regardant. Le personnage qui fait le solo est le thème du spectacle, non ce qu’il fait.

25 et 26 septembre 2015 : Théâtre des Bernardines, festival actOral, Marseille 
1er et 2 octobre 2015 : Théâtre de Vanves, dans le cadre de FOCUS, avec l'Institut Français et l'ONDA
20 au 28 novembre 2015 : La Comédie de Reims - CDN
23 et 24 mars 2016 : le Phénix, Scène nationale de Valenciennes, dans le cadre du Cabaret de curiosités
4 avril 2016 : Théâtre de Vanves, dans le cadre du festival Artdanthé 
4 au 5 juin 2016 : La Condition Publique, Roubaix, dans le cadre du festival Latitudes contemporaines
8 au 12 juin 2016 : sur le toit du Point Ephémère, Paris 
8 au 12 février 2017 : Théâtre du Passage, Neuchâtel (Suisse)
14 février 2017 : Festival Antigel, Genève
10 mars 2017 : Espace Malraux, Scène nationale de Chambéry
4 au 6 avril 2017 : Bonlieu, Scène nationale d'Annecy 

Directrice artistique et interprétation Laetitia Dosch
Co-mise en scène, aide à l’écriture Yuval Rozman
Œil extérieur ponctuel  Fanny de Chaillé
Scénographie Nadia Lauro
Lumières Jonas Buhler
Production Viande hachée du Caire et Viande hachée des grisons
Coproduction le phénix – Scène nationale de Valenciennes 
Arsenic, centre d’art scénique contemporain – Lausanne (Suisse) 
Centre Culturel Suisse à Paris
Avec le soutien de actoral 2015 ; La Comédie de Reims – Centre dramatique national ; Le Centre dramatique national d’Orléans ; Théâtre de Vanves ; Ville de Lausanne ; Loterie Romande ; la Fondation Nestlé pour l’Art ; Ernst Göhner Stifftung ; La SPEDIDAM ; L’ONDA ; Pro Helvetia, Fondation Suisse pour la culture  ; CORODIS - Commission Romande de Diffusion des Spectacles